Mon Parcours

Comme je  l’ai déjà dit dans ma présentation, je suis un ancien obèse. Je suis né en 1974 et à 27 ans je pesais 121 kg pour 1m80 et faisais du 56 en taille de pantalon. Il faut dire que j’ai toujours détesté le sport. Déjà à l’école primaire je n’aimais pas jouer au foot, mais comme je vivais à la campagne, je bougeais pas mal. Les choses ont commencé à se gâter lorsque je suis entré au collège. N’étant pas sportif, les profs avaient tendance à ne pas s’occuper de moi. La seule activité dans laquelle j’étais très bon était la natation. J’ai toujours adoré ça. Mais pour ce qui était des sports collectifs et de l’athlétisme, ce n’était franchement pas ma tasse de thé. Et les bons profs de sport, ceux qui savent faire aimer le sport à des gens qui ne s’y intéressent pas, sont rares. Il aura fallu que j’arrive en première en lycée agricole pour trouver enfin un prof qui ne me laisse pas sur le bord du terrain et qui me fasse prendre goût au sport.

C’est de cette époque que date mon premier contact avec la course à pied. Pour avoir le maximum de point au bac, il fallait faire 4 km en 20 minutes soit une allure de 5’ par km. J’ai réussi à les faire et avec le recul que j’ai maintenant, je me demande comment j’ai fait… pendant cette période, je courais le dimanche matin ou le soir sur la piste du stade du lycée agricole d’Aurillac.

Après je suis parti étudier en région parisienne et j’ai arrêté toute activité sportive… j’ai dépassé les 100 kg pendant ma première année d’étude.

En 1997, à l’occasion d’un stage à Madagascar, je suis redescendu à 95 kg mais les mauvaises habitudes ont rapidement repris le pas. Ensuite il y a eu la fin de mes études, le chômage, période pendant laquelle j’ai vécu chez mes grands parents avec tout ce que cela implique et les sommets ont été atteints.

C’est durant l’été 1999 que je reprends contact avec le sport, à l’occasion de vacances chez les parents d’un ami. A la fin de mon séjour le père de mon ami m’a offert un vieux VTT Peugeot, tout simple, sans suspension ni rien mais c’est de loin le meilleur VTT que j’ai eu, C’est celui qui m’a procuré, et qui me procure toujours, le plus de plaisir à conduire. Je faisais 40 à 50 km tous les dimanches lorsque j’étais chez mes grands parents. Mais ça ne suffisait pas à endiguer la montée du poids.

J’ai atteint mon maximum de poids en avril 2000, je travaillais à l’époque au Luxembourg. Je me suis réveillé avec un terrible mal de pieds et je devais partir chez mes grands parents en train le soir même pour passer les fêtes de Pâques. C’est mon grand père qui a posé le diagnostic de la goutte  car il souffrait lui aussi de cette maladie (génétique quand tu nous tiens…). Je suis donc allé chez le médecin pour confirmer et c’est là que j’ai pris conscience du problème. J’ai réalisé qu’effectivement j’étais obèse. Je ne croyais pas ma mère quand elle me le disait mais elle avait raison. J’ai donc décidé de tout reprendre. Je suis allé voir une nutritionniste et je me suis inscrit dans une salle de sport, j’ai fait tous les cours de cardio (ceux où il n’y a que des filles qui bougent dans tous les sens) et un peu de musculation pour renforcer tout ça. J’en ai bavé au début mais j’ai perdu 23 kg en 1 an pour arriver à 98 kg. Ensuite, en raison de divers changement dans ma vie professionnelle, je n’ai pas toujours eu le loisir de faire du sport et mon poids a oscillé entre 98 et 107 kg mais je ne suis jamais retourné à 121. Après le Luxembourg, je suis parti en Guyane. J’ai totalement arrêté le sport pendant 6 mois avant de me mettre à la boxe thaïlandaise pendant 2 ans. En décembre 2006 je suis rentré en métropole définitivement et à nouveau chômage. Cette fois j’étais chez mes parents mais j’essayais de courir un peu un soir sur deux dans le parc à côté de leur appartement, essentiellement pour me vider la tête car la promiscuité n’était pas toujours facile à vivre.

J’ai retrouvé du travail en 2007 à Paris et je me suis installé à Montrouge (92). Au départ je fréquentais une salle de sport  puis j’ai commencé par courir le dimanche, je faisais 2 fois le tour de Montrouge, ce qui devait faire dans les 12 km. Je n’ai aucune idée de ma vitesse à l’époque car je n’avais aucun matériel.

C’est à mon oncle que je dois mes vrais débuts en course à pieds. Quand je lui ai dit que je courais le dimanche, il m’a proposé de venir courir avec lui dans son club. J’ai donc commencé la course en club le samedi matin en février 2008 au Plessis Robinson.

Ma première séance au PAL (Plessis Arts et Loisirs) a été particulièrement difficile. Je me souviens qu’il s’agissait d’une séance de fractionné pyramidale. Le but pour moi était d’essayer de suivre le groupe car nous courrions dans le parc de Sceaux que je ne connaissais pas et je ne voulais pas me perdre.

Malgré la difficulté de la séance, je me suis accroché. Il faut dire que l’ambiance qui règne dans ce club sous la houlette de Pascal, est un véritable encouragement à courir. Ce qui est motivant c’est l’aspect loisir et non compétition. On y trouve aussi bien des gens qui viennent pour le plaisir de courir et de se rencontrer que quelques acharnés comme moi. Ceci fait que chacun peut courir à son propre rythme dans un bonne ambiance. Je continue à y venir le samedi matin malgré le fait d’avoir déménagé à 70 km…

Quand les jours ont commencé à rallongé, j’allais courir avec mon oncle le soir au bois de Verrière.J’ai ensuite attrapé le virus et j’ai couru mon 1er 10 km en mai 2008 (La Robinsonnaise) et mon premier semi en juin 2008 (Semi de La croix verte).

Moi lors de du semi marathon de Boulogne Billancourt en novembre 2008

Source: Maindru photo

Moi lors de du semi marathon de Boulogne Billancourt en novembre 2008

Aujourd’hui je cours toujours et j’adore ça. ce sport me permet non seulement de me garder en bonne santé, mais aussi de décompresser. Chaque sortie est l’occasion d’un moment unique où je me retrouve seul face à moi même et dont je peux profiter pour évacuer les tensions.



6 réponses à Mon Parcours

  1. Marie-Paule dit :

    Magnifique parcours, quel changement! Quelle volonté!

    • vincerunner dit :

      Merci, c’est toujours un combat permanent mais quand on voit ce que l’on gagne en perdant du poids, ça donne envie de continuer.

  2. dany dit :

    j’ai commencé la course à pied depuis hier et je courre 50min, j’ai 19 ans je mesure 178 et je pèse 89kg j’ai eu quelque problème et je me suis laisser allé et je voulais savoir quand voit on le premier changement (biensur c’est pas en 1 jour) mais je suis très motivé et je sens déjà de la relaxation du plaisir et je pense positivement et en plus c’est écxellent pour la santé en tous cas je vous félicite merci de bien me répondre amicalement

    • vincerunner dit :

      Bonjour,

      Félicitations pour cette reprise. Il vrai que la course fait du bien au corps et à l’esprit. Moi en tous cas ça m’a sauvé de l’obésité. Pour ce qui est du changement, c’est très variable d’un individu à un autre et cela dépend aussi de l’alimentation à côté et du nombre de sorties par semaine. Il va d’abord y avoir une phase, plus ou moins longue, d’adaptation de l’organisme à ce nouveau rythme. Avec une alimentation saine et 3 sorties par semaine, on peut commencer à voir des résultats au bout d’une semaine. Attention tout de même à ne pas vouloir en faire trop dès le début car on risque de se blesser. Tiens bon, et n’hésite pas à me contacter si tu as besoin.

  3. fostier didier dit :

    Je viens de lire cette article,moi je te dit respect ,quel courage quel combat,quand on a la volonté ,on y arrive, bravo vincent tu peut être fier de toi.

  4. Super exemple et combat !!
    sportivement
    pierre

Répondre à dany Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *